Autres Voyages

Prague (République Tchèque), octobre 2021

Prague, septembre 1996. La capitale de la République Tchèque est en effervescence avec l’annonce du lancement du HIStory Tour de Michael Jackson sur ses terres.

La ville, marquée par un demi-siècle de régime communisme, connait dès le début des années 90, un essor économique porté par le tourisme. Au centre de l’Europe, portée par un fort patrimoine culturel, Prague est une destination qui attire et c’est logiquement, qu’après Varsovie (à lire ici), mon voyage #onmjfootsteps m’emmène dans la ville d’Or qui a accueilli le premier concert du HIStory Tour vingt-cinq ans plus tôt.

Etrangement, et à l’inverse de ce que sera la ville de Prague, l’aéroport Václav Havel, où j’atterris en milieu de journée, comme Michael Jackson en 1996, est complètement désert.

La découverte de la ville commence par la Vieille Ville, le quartier le plus animé (c’est le moins que l’on puisse dire car c’est bondé de monde !), avec sa place colorée, la célèbre horloge astronomique sur la tour de l’Hôtel de ville, devant laquelle s’amassent, chaque heure, tous les touristes pour la voir s’animer, et la superbe église Notre Dame du Tyn (un gros coup de cœur pour ce bâtiment !).

Le pont Charles n’est pas très loin. Là aussi c’est rempli de touristes. Il faut dire que la vue qu’il offre sur le château ressemble à une carte postale. Il paraît que Michael Jackson avait souhaité voir ce pont du XIVème siècle, emblème de la ville, en 1996. Aucune photo n’existe cependant.

Je déambule dans la ville jusqu’au coucher du soleil, qui malgré le monde reste très agréable, et ressemble à une ville de conte de fées avec une ambiance médiévale.

Le lendemain matin, je file en direction du château de Prague, installé sur la colline Hradčany qui offre l’un des plus beaux panoramas sur la ville. En ce début de matinée, Prague est plongée dans un épais brouillard mais au fil des heures, le soleil fera sa réapparition pour me permettre de profiter pleinement de la vue.

En septembre 1996, Michael Jackson avait été reçu au château par le président de l’époque, Václav Havel. Je pensais que la rencontre avait eu lieu dans une pièce mise à disposition exceptionnellement pour la venue du chanteur mais j’apprends qu’en fait le château abrite le palais présidentiel… d’où la présence du King of Pop.

Le château de Prague est un incontournable de la ville. A lui seul, il représente mille ans d’histoire. Fondé au IXème siècle, siège des rois bohèmes et donc aujourd’hui des présidents du pays, il est considéré comme étant le plus vaste château fort médiéval au monde. C’est donc logiquement l’un des monuments tchèques les plus importants.

Il faut compter une bonne matinée pour faire le tour des lieux. Le premier monument qui s’impose est pénétrant dans l’enceinte du château c’est la cathédrale Saint Guy. Sa construction débute en 1344 et ne s’achève qu’en… 1929. L’intérieur est majestueux, grandiose, comme l’extérieur.

Bien que sa présence au château soit officielle, Michael Jackson en profite pour visiter la cathédrale. Je profite donc de trouver le lieu où a été prise la photo que je connais. Pas facile, mais après plusieurs minutes c’est chose faite !

Les autres photos de Michael prises ce jour-là sont à l’intérieur du palais présidentiel et, évidemment, les touristes n’y ont pas accès. Je repère tout de même l’une des fenêtres où le chanteur avait salué ses fans en y faisant une courte apparition.

Après une pause déjeuner, je redescends vers la Vltava, le fleuve qui traverse la ville. Une balade le long des berges me mène sur le pont Svatopluk Čech … et ce n’est pas par hasard 😉.

C’est l’unique pont Art Nouveau de Prague, construit au début du XXème siècle, et il relie la Vieille Ville et Holešovice, le quartier de Prague où se situe le parc Letná. Ce dernier nom vous dit forcément quelque chose car c’est dans ce parc que le premier concert du HIStory Tour a eu lieu.

Et justement, de ce pont, on pouvait apercevoir une des statues promotionnelles HIStory, installée pour l’évènement. Elle avait été placée devant le métronome, toujours présent, et dominait la ville. Impossible de la manquer !

Au pied du pont se trouvent les escaliers pour accéder au Letná Park mais avant de les emprunter, je passe sur l’autre rive, où j’ai repéré l’hôtel Intercontinental où Michael a séjourné en 1996.

L’hôtel subit actuellement de gros travaux de rénovation, des bâches recouvrent certains pans de murs et des barrières en empêchent l’accès. Plusieurs photos de Michael devant l’hôtel, avec les fans, avaient été prises. Les lieux sont reconnaissables mais forcément pas d’une grande beauté !

Michael avait aussi provoqué quelques chaos sur la place devant l’hôtel, Parkplatz, ainsi que sur l’avenue qui longe l’hôtel, la rue Parizska, les fans se bousculant pour le voir. Vingt-cinq ans plus tard, l’endroit est bien plus calme et je prends le temps d’observer les jolis bâtiments colorés, d’aller et venir, littéralement « sur les pas de Michael » et de faire des photos.

La vue sur les ponts de la ville depuis le Letná Park est magnifique. De nombreux touristes et locaux viennent flâner dans le parc et profiter de la fin de journée et du soleil qui commence à décliner.  Trouver le métronome est chose facile, c’est un peu le point culminant du parc, pas étonnant donc que la statue de Michael y ait été installée.

Le parc Letná est immense et évidemment, mon sens de l’orientation, pas bon du tout, et moi-même nous nous y perdrons. Ce sera le prétexte pour un bon repas en redescendant dans la Vieille Ville, alors qu’il fait presque nuit !

Il me reste encore une journée à Prague et je m’aperçois que j’ai fait presque tous les lieux #onmjfootsteps que j’avais repérés. Sauf un, le centre pour enfants qui avait reçu la visite de Michael Jackson. A vrai dire, je n’avais pas l’intention d’y aller car il est assez éloigné du centre de Prague et je pensais qu’il fallait une voiture pour s’y rendre. En fouillant sur le net, je m’aperçois qu’il est très facile d’accès par les transports.

Le vendredi matin, me voici donc en route pour Zbraslav, un quartier à environ une quinzaine de kilomètres au sud du centre de Prague. Après trente minutes de métro et de bus, je suis devant  le bâtiment blanc de l’Orphelinat Charlotte Masaryk.

Je repère immédiatement, à droite du bâtiment, la statue hommage d’un buste de Michael qui a été installée en 2014 par les fans, après que la ville de Prague ait refusé qu’elle soit placée dans le parc Letná. Même si c’est éloigné de Prague, je trouve qu’elle est bien mieux ici, symbolisant l’action philanthropique de Michael.

Avec les couleurs automnales, la statue illumine la petite place où elle est située. Le buste tient désormais lieu de mémorial pour les fans tchèques et les bougies, photos et fleurs qui l’ornent indiquent leurs passages réguliers. Au pied du buste, une plaque rappelle le passage du King of Pop dans la ville et à l’orphelinat.

L’endroit est paisible, et j’en profite. Lorsque je regarde aux alentours, j’aperçois une maison en bois dont la peinture a été refaite, dans le jardin du centre. Je la reconnais tout de suite, c’est la maison devant laquelle Michael s’était assis pour passer du temps avec les enfants, en 1996. Que d’émotions de voir cet endroit ! Les images de ce moment défilent dans ma tête !

Je fais le tour du bâtiment en espérant trouver quelqu’un pour me renseigner. Des ambulanciers sont en train de discuter et je leur pose quelques questions mais ils travaillent à l’hôpital qui se trouve en face et me conseillent de sonner à l’orphelinat.

Malheureusement la personne qui vient à ma rencontre ne parle pas du tout anglais. Elle a bien compris que j’évoquais de Michael Jackson (c’est d’ailleurs amusant de voir que, où que l’on soit et quelque soit la langue parlée, ce nom là est toujours compris de tous !) et l’enfant d’une dizaine d’années qui est avec elle, m’emmène vers la statue croyant que c’est celle-ci que je cherchais. Je n’en saurais donc pas plus !

Je reste quand même près de quarante-cinq minutes sur les lieux, à visionner le film de la venue de Michael et à repérer les lieux exacts où il est passé. Le centre pour enfants a été agrandi et rénové au cours des années et ce n’est pas évident de les retrouver.

Je repars finalement vers Prague car la ville recèle encore de lieux à voir et la journée n’est pas finie.

Le lendemain, c’est par train que je rejoins Vienne, la capitale autrichienne que j’avais déjà visitée en 2017. Je n’y serai cette fois qu’une journée et demie, le temps de visiter Le Belvedere Palace où se tient une belle expo sur Gustav Klimt et j’en profiterai pour prendre des photos de la salle où Michael avait été filmé en train de déambuler, durant le Bad Tour, ce que je n’avais pas pu faire il y a quatre ans (j’ai fait la mise à jour de l’article écrit en 2017, avec les photos. A lire ici).

Après Vienne, la dernière étape de ce voyage me mènera à Florence, en Italie, où j’ai pu obtenir des témoignages du passage de Michael dans la ville !

Toutes les adresses des lieux cités sont à retrouver ici.

Laisser un commentaire