Autres Voyages

Munich (Allemagne) et Vienne (Autriche), avril 2017

Un nouveau périple sur les traces de Michael Jackson a commencé à germer dans mon esprit il y a quelques semaines en prévision de mes vacances de printemps. Plusieurs destinations étaient possibles mais c’est Munich qui a retenu mon attention car Michael y a séjourné à plusieurs reprises. J’en ai profité pour rajouter Vienne au programme qui n’est qu’à quelques heures de train.

Munich

Munich a donc été la première étape de ce voyage d’une semaine. Dans les années 1990, Michael s’est fréquemment rendu dans cette ville, capitale de la Bavière, mais sa première venue date déjà de 1972, alors qu’il était en tournée en Europe avec les Jackson 5.

Dès mon arrivée, en fin de journée, je sors les adresses que j’ai relevées et me dirige vers une boulangerie un peu particulière, située à quelques minutes de mon hôtel. Michael n’y est jamais venu mais le propriétaire est un grand fan du chanteur et le magasin est décoré de photos, encadrées ou non, et de posters du King of Pop. La vitrine annonce tout de suite la couleur et c’est assez rigolo de voir les rayons de pains ou de bonbons entourés de photos ! Même le nom de la boulangerie, Backerei Michl, est un hommage au chanteur.

Je tente de discuter avec le vendeur mais il ne parle pas très bien l’anglais et moi pas du tout l’allemand et c’est forcément assez compliqué. Je lui explique que j’ai découvert sa boulangerie par internet, il en semble ravi. Il me laisse prendre des photos …. J’avoue que je n’aurai jamais imaginé retrouver Michael dans ce genre d’endroit…mais chacun exprime sa passion à sa manière après tout !

J’en profite pour acheter la spécialité du coin, un bretzel et direction l’adresse suivante !

Karlsplatz est également toute proche de mon hôtel. Sur cette place se trouve un immense magasin de jouets sur deux étages, le plus ancien de la ville, Obletter. Michael s’y était rendu au moins à deux reprises, en 1992 et 1997 et y avait fait des achats pour quelques milliers de marks. La devanture est actuellement en rénovation mais on reconnait bien les endroits où Michael avait été surpris par les paparazzi lors de sa venue.

Une autre boutique, Jurgens Comic-Shop était située sur cette place, Michael s’y était arrêté en 1997, mais il semble qu’elle n’existe plus.

Une belle averse me fait rentrer à l’hôtel. Le lendemain, la journée commence par Marienplatz, la place du centre de Munich, où se trouve également l’hôtel de ville. Si les nombreux touristes y viennent pour admirer l’édifice néogothique et son carillon avec ses automates, je suis aussi là car Michael était apparu, en juin 1992, à l’une des fenêtres du bâtiment après s’être vu remettre par le maire un chèque pour sa fondation Heal The World et une statue de l’emblème de la ville, le Münchner Kindl (l’enfant de Munich). Mes yeux se lèvent donc à l’endroit même où se tenait Michael 25 ans plus tôt face à une place bien plus bondée de monde.

Sur le chemin qui me mène à Promenadeplatz et l’hôtel où Michael aimait séjourner, je passe par le Hard Rock Cafe où je découvre une chemise portée par Jermaine Jackson lors du Victory Tour.

Face au Hard Rock Cafe, j’entre dans la plus vieille brasserie de la ville …. Eh oui, il faut aussi profiter d’être une touriste. Il y a encore peu de monde à l’intérieur mais j’aperçois un vieux monsieur habillé typiquement à la bavaroise et son chapeau de feutre traditionnel me rappelle celui que Michael portait pour une photo lors du Bad Tour.

Cette brasserie est d’autant plus connue qu’un certain Hitler, en 1920, y a fait voter le programme de son futur parti.

J’arrive finalement à Promenadeplatz. Devant l’hôtel Bayerischer Hof, un mémorial a été improvisé par les fans, depuis 2009. La statue d’Orlando di Lasso est ornée de tous les côtés par des photos, des poèmes, des bougies, des fleurs en honneur à Michael Jackson.

Ce mémorial est l’un des plus connus dans le monde, régulièrement entretenu par un groupe allemand et les touristes, fans ou non, jeunes ou moins jeunes, sont nombreux à s’y arrêter (le mémorial figure même dans des guides de voyage). C’est le cas ce jour-là. Deux groupes de touristes viennent voir la statue.

Je m’approche également, j’observe et prends en photo ce qui a été laissé par les fans. Malgré le nombre de personnes, il règne un silence autour de la statue, comme si on se trouvait dans un cimetière …. Un silence respectueux, de recueil.

Dans un moment plus intime, entre deux groupes de touristes, je sors ma petite composition personnelle que je pose sur le socle de la statue. Ma façon de dire « j’y étais » et surtout de contribuer à l’hommage des fans allemands et du monde entier.

Avant d’entrer dans l’hôtel, je repère les fenêtres de la suite que Michael avait l’habitude d’occuper. Je ne pense pas qu’on me donnera de renseignements, et encore moins que l’on me proposera de la visiter. Ayant un peu observé et testé la mentalité allemande depuis mon arrivée, très droite, rigoureuse et respectueuse, je m’attends à recevoir peu de réponse à mes questions …. Et ce sera le cas !

Le Bayerischer Hof Hotel est un hôtel de luxe cinq étoiles du centre historique de Munich, à quelques centaines de mètres de la Maximilianstrasse, les Champs Elysées munichois, et de la Residenz, l’ancien palais des ducs, princes électeurs et rois de Bavière. Ouvert au 19ème siècle, il s’est agrandit en 1969, quand le Palais Montgelas, attenant à l’hôtel, a été racheté par le propriétaire du Bayerischer Hof. Michael avait sa suite dans cette partie de l’hôtel, au troisième étage.

A l’entrée de l’hôtel, je repère une jeune fille à qui j’explique la raison de ma visite. Elle se tourne vers son collègue qui me confirme que Michael a bien occupé une des suites royales à plusieurs reprises. Mais je n’en saurai pas plus et on me refusera de voir son autographe dans le Guest Book de l’hôtel tout en me précisant cependant qu’il est possible de le visualiser sur le site de l’établissement.

Avant de repartir la jeune fille de l’hôtel me précise qu’elle connaissait Michael Jackson, que son père était ami avec lui et qu’elle l’avait rencontré à plusieurs reprises ici à Munich. Mais la conversation s’arrêtera là. Elle semble être une jeune employée et je constaterai à plusieurs reprises que si les jeunes sont facilement disposés à partager leurs souvenirs, les moins jeunes sont là pour les rappeler à l’ordre sur le droit de confidentialité des clients. Dommage !

Après une visite de la Residenz, je repère à l’entrée des jardins du palais un logo royal qui m’est assez familier.

S’i l s’agit probablement des initiales de Max-Joseph, le premier roi de Bavière qui ordonna la construction du palais en 1811, je ne peux m’empêcher d’y trouver une grande ressemblance avec le logo utilisé (pour la première fois ?) sur les livres de la vente aux enchères des biens de Michael par Julien’s Auction en avril 2009.

Au cours de ma balade dans les rues de la ville, j’arrive à l’adresse où se tenait un magasin d’uniformes où Michael s’était rendu en 1997. A la place, j’y découvrirai un MacDonald !!!

En fin de journée, je me rends à l’hôtel Mandarin Oriental, plus connu sous le nom de Hôtel Rafael. Michael y était descendu lors du lancement de la tournée Dangerous en juin 1992. A nouveau je serai confrontée à la réticence (polie) de mes interlocuteurs à répondre à mes questions sous couvert de respect de la vie privée des clients. L’un deux, le plus jeune, semblait très ouvert à la conversation et même fier de me dire que Michael avait bien occupé une suite royale, mais son collègue a vite mis un terme à la conversation!

La journée suivante, la matinée est consacrée à la visite du Parc Olympique (Olympiapark), construit pour les Jeux Olympiques de 1972. Site incontournable pour les touristes c’est aussi ici, dans le stade Olympique, que Michael a donné plusieurs concerts.

On ne peut pas manquer l’Olympiaturm, la tour olympique ou tour de la télévision, de 190 mètres de hauteur, au cœur du parc.

Un ascenseur me mène en une dizaine de secondes à son sommet où non seulement on a une belle vue sur tout Munich (mais ce jour-là une vue un peu brumeuse !) mais où on peut aussi visiter un modeste musée, le Rockmuseum. Des billets de concerts ayant eu lieu dans le stade Olympique, des photos de stars, des vêtements, des contrats, des articles de journaux d’époque, …. sont à admirer. Michael y figure bien sûr, parmi d’autres grands noms (Queen, Prince, James Brown, David Bowie, The Beatles, …).

Sur la terrasse panoramique, je retrouve facilement l’endroit où Michael s’était fait photographier en 1972, l’autoroute en contrebas. Dans ce genre de moment, je me dis qu’il faut parfois monter très haut (et vaincre sa peur du vertige !) pour aller onmjfootsteps!

En retrouvant la terre ferme, je me dirige vers le Stade Olympique, où l’on peut entrer dans les gradins, et passe devant l’Olympia Halle, fermée. C’est là que Michael en juin 1992, après son premier concert du Dangerous Tour y a donné un after-show ressemblant à une véritable fête foraine.

L’Olympiastadion (stade Olympique) a donc vu passer plusieurs fois les scènes des concerts du King of Pop (en juillet 1988 pour le Bad Tour, en juin 1992, pour le Dangerous Tour, en juillet 1997 pour le HIStory Tour et en juin 1999 pour le concert MJ & Friends) ainsi qu’une conférence de presse en 1999.

Assise dans les gradins du stade, observant les travaux de remplacement de la pelouse, j’essaie de me représenter la folie que devaient être ces moments. Que j’aimerais pouvoir revivre cette folie !

Si mon séjour à Munich se poursuit encore quelques heures, ce stade était le dernier lieu lié à Michael ici. Après avoir passé deux jours à Salzburg, j’arrive à Vienne, en Autriche, avec d’autres adresses en poche. Une autre ville, mais toujours les mêmes objectifs !

Vienne

Michael est venu au moins à quatre reprises dans la capitale autrichienne. Les endroits où il est passé, en dehors des hôtels, correspondent à des lieux touristiques…et cela tombe bien, ils sont à mon programme !

Vienne est une ville magnifique pour ses nombreux édifices royaux. La monarchie des Habsbourg a fortement marqué la ville et cela se ressent sur l’architecture de tous les bâtiments. A peine arrivée, c’est pourtant vers un hôtel que je me rends, non loin du célèbre Opéra, l’hôtel Imperial. C’est dans cet hôtel que Michael avait séjourné en 1997, lors du passage du HIStory Tour dans la ville, puis en 1998, pour un voyage privé.

Refroidie par mes expériences à Munich, je ne m’attends pas à grand-chose mais je pénètre tout de même dans le hall de cet hôtel hyper luxueux, peut être un des plus beaux que j’ai vus jusqu’à présent, au cours de mes différents voyages. Ce qui n’est pas étonnant puisque l’établissement, construit en 1863, était à l’origine la résidence d’un prince. Un sol marbré, des peintures murales ponctuées de détails en or, des tableaux évoquant le Vienne Impérial, de magnifiques lustres, un escalier dit « royal » montant aux étages doté d’un tapis rouge, tout est majestueux et somptueux.

Le jeune employé à qui je m’adresse à la réception, est d’une très grande gentillesse et je me dis que je vais peut être avoir plus de chance. Il est au courant du passage de Michael dans l’hôtel et alors qu’il me demande de patienter en attendant le retour de son collègue qui pourra probablement répondre à mes questions, il me glisse rapidement dans la conversation qu’il a eu la chance de rencontrer Michael, pas à Vienne, mais à Kuala Lumpur, en 1996. Il n’en faut pas plus pour aiguiser ma curiosité ! Son collègue, un peu plus âgé, arrive et me dit qu’il n’est pas possible d’avoir accès au livre d’or de l’hôtel de l’époque où Michael a probablement laissé sa signature mais qu’il peut me montrer une photo. Je le suis dans les couloirs de l’hôtel où plusieurs photos des illustres clients qui ont séjourné dans l’établissement au cours des années sont affichées. Parmi elles, une de Michael, avec son masque noir, à la sortie de l’hôtel. L’employé m’indique que Michael occupait une des suites royales, toujours la même, lorsqu’il venait. Mais je n’en saurai pas plus…à nouveau. Peu importe, j’ai déjà à l’esprit un futur échange avec l’employé de la réception !

Après avoir circulé et observé toutes ces photos, je retourne donc vers l’entrée et je demande au jeune homme à quelle occasion il a pu se retrouver avec Michael Jackson. « Je faisais partie des enfants qui sont montés sur scène pour Earth Song ! » … Rien que ça ! Je lui demande de me raconter comment cela s’est produit et, semblant très heureux de partager cette expérience, il m’explique qu’à l’époque, il vivait en Malaisie. Il se trouvait à l’hôtel Concorde de Kuala Lumpur et le personnel de Michael cherchait des enfants pour l’accompagner sur scène lors du concert le soir car les enfants du concert précédent n’étaient pas disponibles. Il a eu la chance d’être choisi, avec son petit frère, et est donc monté sur scène avec le chanteur (je me demande si ce n’est pas plutôt sur le titre Heal The World même si mon interlocuteur me parle à deux reprises de Earth Song). Je lui demande s’il a assisté au concert des coulisses et il me répond que non. Les enfants étaient devant la scène, regardaient le concert et quelqu’un est venu les chercher au moment voulu. Michael a même pris son petit frère dans les bras. Il m’explique qu’il souhaiterait retrouver les images de ce moment car il n’a aucune photos, aucune vidéo souvenir et n’en a pas trouvé sur internet. Il se renseigne sur ce que je fais exactement à Vienne et après plusieurs minutes d’échange, des clients arrivant, je suis obligée de le laisser à ses obligations. Je n’aurai peut être pas obtenu exactement ce que j’étais venue chercher mais j’avoue que rencontrer des personnes qui vous parle de ce genre d’expérience comble beaucoup de déceptions !

Je me dirige ensuite vers le Vienna Marriott Hotel, à quelques centaines de mètres de l’Imperial. Je n’obtiendrai pas grand-chose si ce n’est que Michael y est descendu au moins à trois reprises, pour le Bad Tour (il y séjourne également lorsque la tournée passe à Linz), pour le Dangerous Tour, ce que je savais déjà, ainsi qu’une troisième fois, pour un séjour personnel. Il m’indique que la suite était au sixième étage, au coin de l’établissement, visible de la rue. Selon l’anecdote, Michael aurait commencé à écrire Earth Song dans la suite de cet hôtel, même si l’employé me soutient que c’est à l’hôtel Impérial…ce qui ne correspond pas au niveau des dates !

Le jour suivant, j’ai prévu de passer une bonne partie de la journée au château de Schönbrunn, le Versailles autrichien. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il a été la résidence d’été de la famille Impériale, et plus particulièrement de l’empereur François-Joseph Ier et de son épouse Sissi, et également la maison d’enfance de la dernière reine française, Marie-Antoinette.

Un monde fou a la même idée que moi ce jour-là, d’autant plus que les jardins, gratuits, permettent aux autrichiens, en week-end, de faire une belle balade sous le soleil qui a enfin fait son apparition. Les joggeurs sont également très nombreux et on ne compte plus les touristes étrangers, le lieu étant inévitable pour tout bon touriste de passage à Vienne. Si je compte bien profiter de ce magnifique palais, j’ai surtout en tête de repérer les endroits où Michael s’est arrêté pour des photos lors de son passage en 1988. Celles dans le jardin, près de la fontaine Neptune sont les plus connues, mais il a également été photographié dans une des salles du palais. Les photos sont interdites à l’intérieur, mais on trouve toujours un moyen !

La visite des appartements impériaux et des salles d’apparats est fascinante pour quiconque s’intéresse à l’histoire et lorsque je traverse la salle du million, je reconnais la salle dans laquelle Michael déambulait dans une vidéo archive du Bad Tour. J’avais déjà repéré cette salle, pensant qu’il s’agissait du Salon Vieux-Laque, qui lui ressemble un peu, mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit de ce salon. Les meubles sont d’ailleurs toujours à l’identique. 

Les lambris qui recouvrent les murs de la pièce sont faits d’un bois de rose exotique extrêmement rare et précieux, le vicatin. Pourquoi Michael a-t-il choisi de faire apparaître cette séquence, dans ce salon, en particulier ? Impossible de la savoir mais la finesse des boiseries où sont insérées de miniatures indo-persanes du 17ème siècle serties dans des cadres rocaille dorés donne à la pièce un aspect majestueux et particulier qui a certainement plu à l’artiste.

Au centre du château, la grande galerie, qui accueillait les réceptions de haut rang. En 1961, la rencontre entre J.F. Kennedy et N. Khrouchtchev y a eu lieu. Avec ses miroirs et lustres en cristal, ses fresques au plafond, elle n’est pas sans rappeler la galerie des glaces du château de Versailles. Rien d’étonnant à ce Michael ait souhaité la voir.

Après plus d’une heure de visite, je me retrouve dans le parc du château avec ses jardins de style baroque, et, au bout de l’allée centrale, l’imposante fontaine Neptune. C’est autour du bassin de cette fontaine que Michael avait organisé une séance photos. Il est très facile de retrouver les endroits exacts et de prendre la pose, l’endroit n’ayant quasiment pas changé !

Michael avait également été photographié sur un banc, auprès de vieilles dames. Impossible bien sûr de retrouver le banc exact tant il y en a dans le parc !

Je profite un maximum des jardins, du soleil, je flâne dans les allées et monte jusqu’à la gloriette dont la terrasse offre une vue imprenable sur l’ensemble du domaine et sur une partie de Vienne.  L’après-midi est déjà bien entamé lorsque s’achève ma promenade dans ce château impérial et, tandis que je reprends le métro, je décide de m’offrir une visite au palais du Belvédère.

S’il porte le nom de palais, ce château baroque abrite aujourd’hui un musée réputé, la Galerie Nationale Autrichienne. Le Belvédère Supérieur (Oberes Belvedere) abrite la plus belle collection d’art autrichien, depuis la période du Moyen-âge à nos jours, avec deux pièces maîtresses de l’œuvre de Gustave Klimt, Le Baiser et Judith. De la salle des marbres (Marmorsaal), la pièce principale du château, on a une magnifique vue sur les jardins à la française du palais et sur le centre de Vienne. C’est d’ailleurs cette salle qui m’intéresse plus particulièrement. Michael y avait été filmé, en 1988, admirant les fresques raffinées du 18ème siècle de cette pièce somptueuse. Les photos sont interdites à l’intérieur du musée et une réception se prépare pour la soirée. Impossible donc de tenter quoique ce soit, tant il y a de monde.

Par contre, des fenêtres de la salle, je retrouve facilement la vue que Michael avait lorsqu’il admirait les jardins, une photo qui a d’ailleurs souvent été attribuée à son passage au château de Schönbrunn.

Le dernier jour de ces vacances, s’il est encore bien occupé, ne sera pas très fructueux concernant le dernier lieu où je souhaitais aller onmjfootsteps. En effet, le Burgtheater, l’un des plus vieux théâtres d’Etat d’Europe, est fermé et il m’est donc impossible d’avoir accès à l’escalier d’honneur d’où Michael descendait, sur un tapis rouge, dans la vidéo archive du Bad Tour.

Un peu déçue je poursuis cependant mes visites et balades, comptant bien profiter des derniers instants dans cette belle capitale, à la fois riche en histoire et où il fait bon vivre. Une capitale impériale qui en son temps a accueilli le Roi de la Pop !

Toutes les adresses pour les lieux à Munich sont ici et pour Vienne ici

Les photos de Michael  proviennent de recherches Google, toutes mes photos personnelles de Munich et Vienne sont marquées, les autres proviennent de Google

3 Comments

  • Mercedes-Benz

    Je suis vraiment impressionné de voir vos recherches effectuées sur le passé du défunt Monsieur Michael Jackson. Il faut absolument vous faire connaître a travers le monde pour expliqué au gens qui était vraiment Monsieur Michael Jackson. Bravo pour votre super travail Merci
    Au plaisir
    René Wagner

  • Angelu

    Etant également fan de Michael Jackson, je découvre ton blog avec grand plaisir ! C est impressionnant de travail, de détails et d anecdotes ! Un grand bravo et un grand merci pour nous faire partager tout ça ! Keep the faith ♡

  • Rachelmj

    Merci à vous pour vos commentaires, très sympathiques et qui me touchent. N’hésitez pas à revenir sur le blog, il y a de quoi lire Michael a eu une vie et une carrière tellement riches qu’il y a encore de quoi faire…. L.O.V.E.

Laisser un commentaire