Innocent

13 juin 2005, une victoire bien amère

Il y a dix ans aujourd’hui, le 13 juin 2005, un jury de Santa Maria, en Californie acquittait Michael Jackson des accusations de pédophilie et de complot portées à son encontre.

Le procureur de Santa Barbara, Tom Sneddon accusait Michael d’avoir molesté Garvin Arvizo, un jeune garcon atteint d’un cancer que Michael Jackson avait pris sous son aile, puis d’avoir enlevé sa famille. Thomas Mesereau, l’avocat de Michael Jackson a monté une défense brillante et, après quatre mois de procès, Michael a été acquitté.

Mais le mal était fait.

Durant des semaines, Michael a du faire face à des témoignages et à de folles accusations. Sa vie entière a été exposée ouvertement: ses finances, ses peccadilles personnelles, les relations avec toutes les personnes qu’il connaissait, les descriptions des parties de son corps. Sa mère et parfois son père, ou un frère, assis derrière lui, ont entendu tout cela. Tout a été enregistré.

Tout a été fait pour ruiné Michael Jackson et cela a fonctionné.

Lorsque le jury a rendu son verdict, Michael Jackson était détruit. La victoire n’a pas été fêtée. Il en avait trop subi. Il a pris ses enfants et a quitté la Californie. Tom Mesereau lui a dit: « Pars maintenant ». Pourquoi? Parce qu’il savait (…) et toute personne raisonnable qui avait assisté à ce cirque depuis l’arrestation de Michael Jackson en Novembre 2003, savait ce que Sneddon ressentait pour lui. Sneddon ne s’arrêterait pas tant qu’il n’aurait pas mis Michael Jackson en prison. S’il était resté à Neverland, il aurait continué à être une cible. (…)

Les jurés du procès pensaient qu’une fois qu’ils auraient acquitté Michael, les portes en or massif de Neverland s’ouvriraient à nouveau et qu’il remercierait chacun d’entre eux individuellement. Ils se trompaient. Les portes se refermèrent à tout jamais. Michael Jackson n’a jamais été revu à Los Olivos. Deux semaines plus tard, il disparaissait avec ses enfants. Le coup d’envoi de quatre années d’errance, de pays en pays, de maison de location en maison de location et qui se terminerait par sa disparition.

Neverland était devenu silencieux.

Une victoire bien amère au final.

Source: texte inspiré et traduit de showbiz411.com

3 Comments

  • ChristelleGaryNe

    Nous sommes toujours en quête de compréhension sur cette violence infligée envers Michael… Comme dans bien des périodes de l Histoire, des personnes d influence ou non ont condamné avant d avoir jugé, pris le temps de comprendre l autre et de saisir la richesse d une  » différence »….Michael aimait l Innocence, le Bonheur que représente l enfance…Rester enfant le plus longtemps possible avant de connaître les  » douleurs » de la vie d adulte….J ai visionné et visionné à nouveau  » Living with Michael Jackson » Je ne me lasse pas de découvrir  » ce testament » que nous a légué Michael… Et je n ai de cesse de sourire lorsque je vois la niaiserie destructrice de ce sale type qui lui fait face…

  • anniva

    Contrairement à vous, Je ne peux pas regarder living with Michael, c’est trop douloureux… Je ressens du dégoût vis à vis de Bashir et je souffre d’imaginer Michael découvrant l’immonde trahison ! Bashir est en parti responsable des accusations qui ont suivi le document, du procès et bien sûr de la mort de Michael !!! Bashir a détruit le plus Bel Être vivant que cette terre ait jamais connu !

Répondre à anniva Annuler la réponse.